Sept nouvelles grandes écoles vont s’installer autour de Saclay

Jeudi 2 juillet 2009, par Sébastien // Actualité

Eté 2012 : un pôle flambant neuf de plus de 20 000 m 2 s’apprête à accueillir 670 étudiants et auditeurs de l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées (Ensta ParisTech).

Cinq bâtiments pour loger les futurs ingénieurs ainsi qu’un gymnase seront alors sortis de terre sur le plateau de Saclay.

A trois ans de cette échéance, tout est prêt pour le grand déménagement de l’Ensta, depuis son XV e arrondissement « natal » vers le campus de Polytechnique, à Palaiseau. La prestigieuse école, qui vient de rendre publique l’architecture de ses futurs bâtiments, montre en quelque sorte la voie : dans les années à venir, six autres établissements ultra-réputés déménageront en partie ou totalement sur le plateau de Saclay.

Ce secteur est voué à devenir une sorte de Silicon Valley à la française et à concentrer le plus grand nombre de chercheurs de l’Hexagone (20 % des effectifs de recherche, contre 10 % aujourd’hui). Un projet qui entraînera une augmentation des effectifs d’ici à 2015. Le secteur rassemblera par exemple 34 000 étudiants (contre 22 000 aujourd’hui) et 12 000 enseignants-chercheurs (contre 9 500), sans compter les salariés du futur pôle économique. « Nous ferons partie des premiers arrivants, commente Sylviane Gastaldo, directrice de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (Ensae). Tous les étudiants et chercheurs de l’établissement seront sur place à la rentrée 2013. » Pour Centrale, l’Institut Télécom, AgroParisTech et l’Ecole normale supérieure de Cachan, le déménagement devrait s’effectuer à l’horizon 2015. Et ce n’est pas tout pour le plateau de Saclay.
Parallèlement à ces déménagements devrait s’effectuer celui d’une partie de la fac d’Orsay sur la zone de la Martinière, programmé en plusieurs phases pendant dix à quinze ans.

Bref, ça bouge énormément sur le secteur considéré comme une priorité du futur Grand Paris cher à Nicolas Sarkozy. « Le plateau de Saclay, ce n’est pas demain, c’est aujourd’hui », répète ainsi à l’envi Thierry Mandon, vice-président PS au conseil général, chargé notamment de l’aménagement du territoire. Paul Vialle, président de la Fondation de coopération scientifique du campus de Saclay, le jure : « D’ici trois ans, il y aura des inaugurations ! » En attendant, plusieurs casse-tête restent en suspens. Notamment celui concernant le logement et les transports.

Source : le parisien.fr

Répondre à cet article